Anthony Lima
Histoire de caractère
du 11 octobre au 11 decembre 2021

Conservatoir A.Honegger
70 Cours de la République
76600 Le Havre


Entrée libre du lundi au vendredi
de 19h00 à 12h00 et le samedi de 9h00 à 17h00

VERNISSAGE LE 11 OCTOBRE 2021

PRÉSENTATION

Anthony Lima est diplômé en septembre 2020 d’un DNSEP Design Graphique et Interactivité (option Design & Édition) à l’ESADHaR du Havre. Ce diplôme fait suite à un DNA et un BTS Design Graphique, quelques années auparavant. Il vit et travaille au Havre, sa ville natale. Anthony cultive de nouvelles formes de création, n’ayant de cesse d’enrichir son champ des possibles. Collectionneur passionné, son attachement pour l’enseigne et la typographie nourrissent constamment sa pratique. Il aime jouer des détails qui peuvent paraître anodins et réactiver l’esthétique des années 70, qu’il affectionne tout particulièrement.

Pourquoi êtes-vous devenu.e graphiste ? ou Pourquoi souhaitez-vous devenir graphiste ?
C’est venu à moi juste après le bac à vrai dire. Je savais que je voulais poursuivre mes études en art appliqués, mais pour ça je devais passer par une MàNAA (Mise à Niveau en Art Appliqués). Suivie à St Vincent de Paul en 2013, cette année m’a beaucoup apporté et m’a surtout fait découvrir Une Saison Graphique. J’ai eu la chance de pouvoir participer à la scénographie et au montage de l’exposition “Un Imprimeur”, aux côtés de Fanette Mellier et Vincent Perrottet. Cette expérience m’a véritablement immergé dans le design graphique et m’a fait comprendre qu’il était possible de transmettre de nombreux messages par l’image imprimée. J’ai vite compris que j’avais choisi cette voie pour créer des formes qui m’ont toujours fascinées.
Il y a quelques années, la conférence d’Olivier Lebrun m’a poussée à poursuivre la spécialité Design & Édition, proposée par l’ESADHaR. Ce cursus, tourné vers le design éditorial, m’a rendu d’autant plus curieux et sensible à de nouveaux supports. La typographie en fait notamment partie et c’est à cette période que naissent plusieurs de mes projets, très marqués par ce nouvel attrait. En effet, en tant que designer graphique j’ai rapidement appris à éduquer mon regard et à faire de certains à-côtés, de véritables prétextes à la création.


 

Présentez-nous votre projet pour cette édition 2021.
J’ai décidé de reprendre mon diplôme, consacré en grande partie à un caractère typographique, le Jackson (publié par la fonderie française Mecanorma en 1971, et dessiné par Bernard Jacquet). Avant d’en faire un sujet d’étude, je l’ai rencontré à plusieurs reprises, autant sur des pochettes de disques que sur différentes enseignes ici et là. Je me suis mis à le collectionner par fascination pour sa forme originale et distinctive. Premièrement sur Instagram, par facilité à rassembler ces photos en un même lieu de partage, sous le pseudonyme @jackson.mnr. Puis, plus récemment, en ligne sur un site internet dédié jacksonmnr.com.
Pour cette édition 2021, ce projet devient une extension de mon diplôme et présente le Jackson sous différentes facettes, devenant ainsi une invitation à la découverte. Au-delà d’un simple caractère fantaisie d’il y a maintenant 50 ans, très peu d’informations demeurent sur sa conception et ses origines et c’est là tout l’enjeu pour moi.

Quelle expérience aimeriez-vous faire vivre aux visiteurs d’USG21 ?
À travers ce projet et cette exposition, je souhaite faire vivre ce caractère et le faire connaître du grand public. Il est important pour moi de mettre en lumière cette typographie mais également ses utilisations variées afin de questionner à la fois son statut et son histoire. Je voudrais que cette exposition permette aux visiteurs de prêter une plus grande attention à ces formes qui nous entourent et qui restent bien souvent invisibles.
Aussi, cela augmentera l’archive avec des contributions qui, je l’espère, pourront naître à la suite de ces visites. J’aimerais encourager d’autres personnes ou étudiant.e.s à réaliser des projets similaires, permettant de mieux comprendre et archiver ces caractères.