Collectif HSH crew
Sillon
du 16 novembre au 04 decembre 2021

Espace Marc-Sangnier
1 rue Nicolas Poussin
76130 Mont-Saint-Aignan


Entrée libre du mardi au vendredide 13h30 à 18h00
et le samedi de 10h00 à 13h00 et de 10h00 à 17h30

VERNISSAGE LE 16 NOVEMBRE 2021

PRÉSENTATION

Le collectif HSH Crew existe depuis maintenant 20 ans… Les artistes se sont rencontrés au lycée. Né à Rouen au milieu des années 90, il a aussi investi les villes de Paris et Marseille. Chaque travail en commun est le reflet des expérimentations menées par tous, chacun dans son coin et dans son domaine de prédilection. La démarche du collectif tient bien souvent de l’enjeu de la création « in-situ » à travers des regards croisés. HSH s’épanouit dans son laboratoire secret, telle une fiole à échelle humaine où chacun rangerait ses secrets avec ceux des autres. Le collectif a appris à parler d’une seule voix, celle de la photographie côtoie celle du dessin sous toutes ses formes qui s’accorde aussi bien à celles du graphisme, de l’animation et de l’écriture qu’à celle de la peinture.
L’envie constante du collectif est de développer, dilater ou déformer le sens d’un lieu. Il est en position de désir par rapport aux choses.
Le collectif essaime ainsi son œuvre graphique libre, foisonnante et sans complexe apportant ses talents particuliers au profit d’une œuvre commune.
Pluridisciplinaire, le collectif se rejoint dans la pratique d’un dessin effervescent à 2, 4 ou 10 mains. Loin de rester cantonnés dans leurs carnets de croquis, les dessins migrent des murs des lieux d’exposition à l’espace urbain, se meuvent dans des vidéos d’animation, se reproduisent dans des fanzines et microéditions, se laissent apprivoiser par le spectateur dans des jeux graphiques…

Pourquoi êtes-vous devenu.e graphiste ? ou Pourquoi souhaitez-vous devenir graphiste ?
Au sein de HSH Crew, les pratiques artistiques sont multiples.
Certains d’entre nous ont fait du graphisme leur champ d’action principal mais d’autres ne l’approchent que lors de projets collectifs ou l’opportunité de travailler ce médium se présente à eux.
D’une façon générale nous n’avons pas une pratique si définie. Nous œuvrons dans le domaine des arts plastiques, parfois même vivants, sans définir de limites bien précises aux disciplines. Ce qui anime le collectif, c’est l’aspect très perméable des pratiques, de passer de l’une à l’autre, sans rupture et avec une même énergie.
Quoi qu’il en soit, le collectif reste très attaché à la forme, à la mise en forme, celle-ci accompagnera le sens de nos créations. L’occupation ou la préoccupation de l’espace, qu’il soit sur une feuille, un livre, un mur est une des caractéristiques de notre travail, d’autant qu’il nous faut l’installer à plusieurs voix. Comment inscrire au mieux notre production visuelle dans le contexte qui lui est offert ; en la hiérarchisant ? En la désorganisant ? En la surchargeant, en l’épurant ? Finalement, nous nous posons tous, dans le collectif, ces questions de graphistes.

 

 

 

Présentez-nous votre projet pour cette édition 2021.
Un espace sera lié à la vidéo : rétroprojection, programmation de films reprenant des phonotropes – disque vinyle sur lequel un dessin s’anime en boucle…
D’autres surprises et immersions de l’univers graphique du collectif seront à découvrir…

Quelle expérience aimeriez-vous faire vivre aux visiteurs d’USG21 ?
Nous souhaiterions que le regardeur puisse s’immerger dans l’univers du collectif HSH à travers un parcours ludique lié à nos jeux graphiques. Lui faire des clins d’œil, des œillades et des trompes l’œil. Le regardeur deviendrait lui-même joueur à travers la contemplation des œuvres exposées en s’amusant des différents processus de création proposés. Comme nous nous amusons des contraintes lorsque nous lisons une œuvre littéraire de l’Oulipo.
Les visiteurs seront ici amenés à investir l’exposition en y décelant les différentes pattes de chacun des artistes et les modes de jeux qui ont amené la création des images et installations.
HSH Crew se creuse le sillon… Le projet est d’explorer des dessins, voir des clips, de parcourir des peintures murales qui jouent à cache-cache et d’observer des disques vinyles striés de dessins animés.
Il est donc question de lignes et d’exploration, d’un trait à l’autre, de sillons, de cercle….
Une partie sera consacrée à la réalisation de monotypes sérigraphiés – format pochette de vinyle – à huit mains ; une superposition de dessins pour diverses combinaisons.
Une fresque murale collective sera créée, dessin inspiré d’une onde sonore, des fréquences…